Evènements Nos Actus

La FédEO vous propose de participer au Congrès HOPE

Cette année les étudiants en ostéopathie sont conviés à participer au congrès HOPE qui réunit tous les étudiants en santé autour du thème de la pathologie chronique et rare. L’objectif est d’apporter une vision pluridisciplinaire au monde de la santé et de nous rapprocher autour d’un thème qui nous concerne tous sur un week-end de formation collective.

Cette initiative part d’un constat:

« L’absence de vision interprofessionnelle dans les formations en lien avec la santé semble être déterminants dans les lacunes de notre système de santé. Le Congrès HOPE a pour but de participer à combler ces manques, dans l’intérêt des patients. »

Les étudiants en ostéopathie sont sensibles à ce constat et pensent qu’il est important de pouvoir, nous aussi, nous investir auprès des acteurs de la santé de demain.

C’est pourquoi le Conseil d’administration de la FédEO a décidé de permettre aux étudiants en ostéopathie de pouvoir participer à cette manifestation.

Ce congrès aura lieu à Lyon du vendredi 24 au dimanche 26 février 2017 au Campus Rockefeller de l’Université Claude Bernard Lyon 1.

Le coût de ce week-end est de 38 euros, les inscriptions sont ouvertes sur le site internet suivant: inscriptions

Le programme, défini par l’association HOPE est disponible sur cette adresse: programme HOPE.

Pour plus d’informations n’hésitez pas à vous renseigner sur le site de l’association: CONGRES HOPE.

 

Le Conseil d’administration 

 

 

 

Par FédEO, il y a
Nos Actus

Plan du site

Par FédEO, il y a
Evènements Nos Actus

Masterclass du SNOS

Chaque Année le Syndicat National des Ostéopathes du Sport (SNOS) organise un Masterclass ouvert aux étudiants de 5ème année de formation.

e486ce_a78893cbda5b4462a483bf412123793d-jpg_srz_195_256_85_22_0-50_1-20_0-00_jpg_srz

Cette année encore, nous avons l’honneur de vous présenter leur invitation à les rejoindre pour cette journée de formation qui se déroulera sous forme d’un congrès dont voici le programme:

programme-masterclass-2016

La Masterclass aura lieu à l’université Pierre et Maris Curie à Paris de 9h à 18h le 19 novembre prochain.

Le tarif étudiant sera de 40 euros.

Cet événement est l’occasion de s’informer sur les besoins des sportifs de haut niveau et sur la pratique de l’ostéopathie dans le cadre de la compétition sportive.

Vous pouvez vous inscrire via :la fiche-inscription

Plus d’infos :

osteopathessport@wanadoo.fr

Le bureau de la FédEO

Par FédEO, il y a
Nos Actus

Une nouvelle année démarre pour la FédEO

Ce week-end a eu lieu l’Assemblée Générale Ordinaire de la Fédération Nationale des Étudiants en Ostéopathie.

Cette année, c’est en Bretagne, dans l’enceinte de IO Rennes que le bilan s’est effectué. Les représentants des associations membres ont pu délibérer et élire le nouveau bureau national de la FédEO:

14374560_10210479007601755_125984471_o

Pierre-Adrien LIOT (Président)

Yann BRICOLA (Premier Vice-président) / Jordan Marion (Vice-président chargé du Tutorat National en Ostéopathie)

Elodie Airiau (Secrétaire Générale) / Jean-Bastien RIDE (Secrétaire Adjoint)

Pierre-Yves POITEVIN (trésorier)

Nos principes fondateurs n’ont pas changé, la FédEO se doit de soutenir les projets des étudiants! Pour cela, la formation de groupes de travail ou de commissions autour de thématiques est possible.

La FédEO vous propose déjà les services du TUTORAT NATIONAL EN OSTEOPATHIE ou encore de la Commission Rédaction.

Vous voulez vous investir dans l’une des missions de la FédEO ou encore participer aux débats au sein de l’association. Vous aimeriez que la FédEO fasse une présentation dans votre école, contactez-nous !

Pierre-Adrien LIOT: 06 76 54 62 50

Yann Bricola: 06 40 11 38 73

Ou envoyez nous un mail sur notre secrétariat: secretariatgeneral.fedeo@gmail.com

Faites-nous part de vos idées, enrichissez nos projets, ensemble trouvons une solution pour les faire aboutir.

Vous avez une voix

Par FédEO, il y a
Nos Actus

Partenariat avec l’Ostéopathe Magazine !

La FédEO propose aujourd’hui à ses étudiants membres un accès simplifié et privilégié à l’Ostéopathe Magazine!

osteomag

osteomag2

L’Ostéopathe Magazine propose tous les trois mois des dossiers approfondis, apportant une information complète sur des sujets en relation avec l’Ostéopathie. En quelques mots, c’est un magazine indépendant qui suit l’actu de l’ostéopathie. Il accompagne les ostéopathes en France et partout dans le monde : Suisse, Belgique, Canada, etc.

Mais L’Ostéopathe Magazine, c’est aussi un site web www.osteomag.fr, site d’informations riche en actualités, interactif, participatif, relié aux réseaux sociaux…

Vous retrouverez des infos, mais aussi l’agenda et d’autres services!

Aujourd’hui nous allons plus loin et nous proposons à nos membres l’offre à 40 € au lieu de 60 € pour un an, avec réduction tarifaire sur les revues antérieures.

Pour cela, nous organisons donc une inscription nationale réunissant chacune des vôtres sur le site de l’Ostéopathe Magazine afin de pouvoir bénéficier au mieux des avantages proposés.

Pour bénéficier de cet avantage, votre BDE ou associations membres vous transmettra le code promotionnel vous pourrez ensuite vous inscrire directement sur le site internet du magazine, voici le lien : inscription ostéomag , le code vous est demandé au moment du règlement (attention le prix inscrit ne sera modifié qu’après le code validé).

Ce code vous sera transmit prochainement et ne sera valide qu’à partir du 12 octobre jusqu’au 19 octobre!

Le bureau de la FédEO

Par FédEO, il y a
Evènements Nos Actus

4ème Assemblée Générale Ordinaire de la FédEO

La FédEO (Fédération Nationale des Etudiants en Ostéopathie) organise son Assemblée Générale le 17 septembre prochain à 14 heures .

Ce rassemblement est ouvert au public vous êtes donc tous conviés à venir.

Nous organisons chaque année cette assemblée dans une ville différente, en 2016 elle aura lieu à Rennes.

Au cours de cette réunion, l’ancien bureau de la FédEO reviendra sur les événements de cet été et fera un bilan des actions menées sur l’année 2015/2016. Nous organiserons ensuite l’élection du nouveau bureau par nos membres ainsi que le projet associatif pour l’année 2016/2017.

L’Assemblée Générale Ordinaire est  l’occasion pour chaque étudiant en ostéopathie d’être informé sur l’actualité, de rencontrer d’autres étudiants, et de partager un moment agréable !

Pour plus d’information: secretariatgeneral.fedeo@gmail.com

Se fédérer, c’est avancer!

Pierre-Adrien Liot

Par FédEO, il y a
Nos Actus

Sutherland : La mécanique du Crâne

Dans le traitement ostéopathique, le thérapeute s’intéresse autant à la structure qu’à la fonction des systèmes articulaires, des systèmes tissulaires (organes, fascias,…) ou bien des systèmes circulatoires (sang,…) qui constituent le corps humain. Par ailleurs, une structure
particulièrement complexe et grandement précieuse semble détenir un pouvoir attrayant, que l’ostéopathe ne peut éviter : le crâne.

De la forme d’un puzzle dont les 29 os sont les pièces maîtresses, le crâne renferme un assemblage de tissus nerveux nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme. Bien qu’elle protège cette usine chimique, la boîte crânienne est soumise à un mécanisme bien rôdé, qui lui permet non seulement de s’adapter aux contraintes, mais qui permettrait aussi de posséder un mouvement intrinsèque. Une force vitale, à l’origine de ce mouvement indépendant, a symboliquement été nommé par l’ostéopathie « mouvement respiratoire primaire ». C’est grâce à ces découvertes que William Garner Sutherland s’est fait connaître ; et c’est par son immense travail que la philosophie ostéopathique a connu un tournant dans son évolution.

comment en est-il arrivé à élaborer l’ostéopathie crânienne et par quels outils a t’-il pu déchiffrer le casse-tête que lui imposait le système crânien ?

C’est une année avant la fondation de l’ostéopathie par Still que William Sutherland vit le jour, soit le 27 mars 1873 dans le Winscosin (état nord des Etats-Unis). Issu d’une famille agricole modeste d’origine écossaise, le jeune William connût une vie paisible et sans histoire jusqu’à l’âge de douze ans, moment où il commença à travailler dans le journalisme en tant qu’apprenti imprimeur. Entre 1885 et 1890, il changea trois fois de sociétés avant d’entreprendre des études secondaires à l’Université d’Iowa en 1893. Cependant, il reprendra son travail dans le journalisme l’année suivante, abandonnant ainsi son cursus universitaire et poursuivant durant quelques temps
son chemin dans la presse.

C’est à partir de 1897 que tout va prendre une autre tournure pour William puisqu’à l’âge de 24 ans, il entend parler de l’ostéopathie pour la première fois. Surprenant les éloges contradictoires qui se formulent au sujet de cette nouvelle thérapie, il se rendit à des conférences orchestrées par les élèves de Still (et notamment Charles, le fils même du pionnier). Étant interloqué par les propos tenus de ces nouveaux thérapeutes, ahuris de voir des trains entiers de malades se diriger vers Kirksville et joliment surpris de constater leurs soulagements instantanés après consultation, il décida de quitter définitivement son poste dans le journalisme afin d’entrer en première année
d’ostéopathie en 1898.

Durant deux années, il va recevoir et acquérir l’apprentissage de ses professeurs, tout comme il va vivre une expérience des plus prédicatrices :

Un beau jour de l’année 1900, alors que William venait de rentrer dans le bureau de Still, sa vision se percuta sur un crâne humain désarticulé. Faisant preuve d’observation, il scruta notamment le bord des pièces osseuses et y constata des « biseaux ». A cette découverte, une question s’émergea de son esprit, « Pourquoi ces biseaux ? », laquelle sera accompagnée subitement d’une autre remarque « … sinon pour permettre le mouvement. »

Le mariage de ces deux constats suscita en lui une vague idée, dont le courant de celle-ci l’orienta vers les temporaux. William ne put s’empêcher de les familiariser avec des écailles de poisson, qui seraient animées et rythmées par une force qui va et qui vient. Néanmoins, il délaissa cette idée « folle » pour se reconcentrer sur ses études, passer ses examens et ainsi obtenir le titre d’ostéopathe.

C’est alors que commençait une vie de thérapeute pour William. Bien que ce dernier connaissait le bonheur en se mariant avec Arah Strand dans les années 1900, il semblait encore secoué par le questionnement incongru éprouvé au sujet de ces « biseaux ».

Pour sortir de ce manège intellectuellement tumultueux, il décida de revenir sur son intérêt pour le mouvement possible des os crâniens. A l’aide d’un crâne humain et d’un canif, il détacha, étudia, compara et classa les différentes pièces ainsi que leurs rapports articulaires composant la sphère crânienne.

Son acharnement à chercher se fera au point que son quotidien (et par conséquence son domicile) seront occupés par un temporal par ci, un sphénoïde par là… Arah dira même de sa relation avec son mari que « ce fut la période osseuse de notre mariage ».

Après que l’esprit de William fut comblé par ses proéminentes recherches, ce dernier ajouta une troisième question au palmarès d’interlocutions qu’il avait établi durant ses études : « les os ont-ils de simples possibilités de mouvements ou sont-ils participants actifs d’un mouvement ? ».

Dans l’optique de mieux débattre à ce sujet et d’en tirer une conclusion, Sutherland prit la responsabilité de rentrer dans une phase d’expérimentation sur son propre crâne.

Pour cela, il utilisa différents dispositifs fabriqués par ses soins dans le but de reproduire des tensions et traumatismes (au préalable soigneusement étudié).

A partir de 1920 et durant neuf ans, le praticien observa et relata toutes les anomalies qui apparaissaient, altérant autant son état physiologique comme psychologique. C’est ce que nous explique Arah Strand :

« Parmis ses expériences personnelles suivant la production des lésions qu’ils s’étaient imposées, il y eut une flambée soudaine de sinusite, alors que ses sinus avaient toujours fonctionné comme ils devaient. Sa vision se modifia également en fonction des tests de restriction. La concentration qui était chez lui remarquable se trouva altérée de manière notable. Occasionnellement, il eut des accès de
brusqueries et d’irritabilités, ce qui n’était pas du tout naturel pour lui. De plus, il était étrangement distant. »

A 56 ans, Sutherland pense avoir compris tout l’enjeu du crâne dans l’équilibre organique et émotionnel. Il le fit savoir en publiant de nombreux articles sur ses travaux dans des revues scientifiques. Mais ceux-ci furent totalement ignorés.

Cet échec silencieux ne l’a pas empêché de mettre en pratique ses conclusions. Ainsi, de 1929 à 1939, il se rend continuellement dans un hôpital pour recevoir des enfants dépendants à l’institut. Les résultats de ses nouvelles techniques seront très positifs, puisque Sutherland semblait réussir à inverser le pronostic et à redonner la mobilité à ces enfants.

Avec ce bilan, la continuité de ses recherches fleurit ses connaissances et sa maturité intellectuelle. Possédant plus de bagages au plus de vingt ans d’études, Sutherland réunit tous ses articles pour les relier dans un seul et même ouvrage : « The Cranial Bowl ».

Sans faire l’impasse sur les os crâniens, il théorise le « mouvement respiratoire primaire » qu’il décrit comme une marée (un mouvement qui va et qui vient), se penche sur l’anatomie du système nerveux et explique les quelques techniques de correction mises en place par ses soins.

Encore une fois, les publications de William connaissent un nouvel échec. Mais au lieu de passer inaperçu, son livre connaît de vives critiques de la part du monde scientifique, comme de la part de certains confrères. L’année suivante, Sutherland est convié à une conférence sur son livre, mais ses opposants détracteurs tentèrent de décommander cette assemblée, comptant ruiner ses efforts et son courage.

Pour autant, l’ostéopathe refusa de se laisser envahir par cette opposition et imposa sa visite à la conférence de Denvers. Bien que l’assistance fut maigre, une oreille semblait bien attentive à la philosophie et à la science de Sutherland, ce fut celle du Dr Raleigh.

De par sa présence et son intervention, l’année 1942 fut pour le concepteur crânien une année de changements importants : dans sa popularité (Sutherland fit de nombreux voyages, publia de nouvelles brochures et offrit son enseignement à des étudiants tel Harold Magoun ou Viola Frymann) que dans son expérience thérapeutique (apparition de la coopération respiratoire du patient, émergence de la notion du « fulcrum »,…).

Du haut de ses 72 ans, il fonda avec le Dr Raleigh « the Osteopathic Cranial Association », qui sera rattachée à l’Académie américaine d’ostéopathie. De cette fondation jusqu’à la supervisation de « Osteopathy in the Cranial Field » d’Harold Magoun en 1951, William Sutherland s’aventura sur de nouveaux concepts de l’art ostéopathique : compression du quatrième ventricule, travail avec le « Still point », etc…

L’évolution de sa pensée fera qu’il adopta lors de ses séances un contact doux, léger et sans technicité sur le crâne de ses patients. Après avoir créé la « Sutherland Cranial Teaching Foundation » en 1953, William Garner Sutherland sentit ses forces l’abandonner. Le 23 septembre 1954, ce dernier fit promettre à Magoun de répandre le concept et le traitement crânien en Europe où « l’ostéopathie, pas institutionnalisé, laisse les esprits vierges de tout préjugé ».

Il s’éteignit à l’âge de 81 ans.

Avec ces éléments, l’histoire même de Sutherland semble s’apparenter à celle de grandes figures, non pas par son personnage, mais par son évolution personnelle. En effet, bien que le concepteur crânien soit parti de théories se basant avant tout sur des sciences mécanique et physiologiques, ce dernier, à l’instar de Still ou bien de Swedenborg, a fini par s’apercevoir que tout son art se liait à une évidence proche d’une belle et sincère spiritualité ; quant à sa philosophie, il s’agissait simplement d’apporter et de faire du bien à autrui.

HUBERTY William

Bibliographie : Lionelle et Marielle Issartel « L’ostéopathie exactement ».
Arah Garner Sutherland « Textes fondateurs de l’ostéopathie dans le champ crânien »

Par FédEO, il y a
Nos Actus

C’est la Rentrée!

C’est la reprise des cours pour certains d’entre nous en ce début du mois de Septembre, mais progressivement chacun se dirige vers son école pour entamer l’année 2016/2017.

Ce début d’année est l’occasion pour prendre connaissance avec nos 1er années et de les accueillir comme il se doit dans le monde de l’ostéopathie.

C’est pourquoi, l’équipe de la FédEO vous souhaite une agréable rentrée scolaire et du courage pour tout vos projets à venir!

Le Bureau de la FédEO

Par FédEO, il y a
Nos Actus

Un pour Tous, Tous pour Un!

J- 17 avant le grand départ des cinq mousquetaires de l’ostéopathie!

 Le 18 juillet prochain, Manon Lebrun, Elise Leroux, Mariéva Gruffat, étudiantes en 4ème année d’ostéopathie et Coline Chambon fraîchement diplômée, partiront en mission humanitaire avec Lucie Bauduin (Ostéopathe DO) au Sénégal. Cela permettra à la population de bénéficier de soins ostéopathiques gratuits.

Nos étudiantes ont organisé leur départ pour l’Afrique, dans le cadre de leur association : Ostéopathie Solidarité et Développement (OSD).

Ce périple débutera à Dakar au centre de santé de Ouakam. S’en suivront des interventions à l’hôpital traditionnel de Keur Massar et à la Maison Rose Guédiawaye.

 La seconde partie de la mission se déroulera à St Louis dans les centres de l’association La Liane, de la case de santé de l’hydrobase et de Goxumbaaj.


La mission durant un mois, l’équipe mettra en place un dossier présentant les caractéristiques de chacun dans le but d’effectuer un bilan.

A savoir que pour rendre cette mission possible, il a fallu la préparer en amont. En effet, cela fait maintenant 6 mois que ces jeunes femmes travaillent intensivement pour récolter les financements nécessaires au bon déroulement de la mission.

Notre équipe tient à féliciter cette initiative et la motivation dont ces jeunes femmes ont fait preuve pour mener ce projet à terme.

 Nous rappelons qu’OSD est une association nationale indépendante. Cette mission s’effectuera donc, grâce aux donations, fonds propre et bénévolats.

 C’est pourquoi, il nous semble indispensable d’encourager leurs efforts. Nous vous proposons donc de les soutenir financièrement via un lien internet:

Je soutiens OSD

Vous pouvez également les contacter à l’adresse mail suivante : osdsenegal@gmail.com
Les cinq mousquetaires vous remercient d’avance !
13575651_10209353710021876_1410814773_o
La solidarité, c’est l’aîné qui tend la main au cadet, le valide au malade. (Henri-Frédéric Amiel)
Pierre-Adrien LIOT

Par FédEO, il y a
Nos Actus

Rencontre avec le ministère

Nous avons été reçus le 19/04/2016 au Ministère de la santé suite à la demande de notre Conseil d’Administration afin de pouvoir éclaircir certains points qui soulevaient des interrogations de la part des étudiants (http://fedeo.eu/agrements-ecoles-que-se-passe-t-il/).

Le Ministère nous a confirmé qu’aucune vérification sur place n’a été faite jusqu’à présent et que les dossiers scrupuleusement remplis et soumis aux vérifications de la CCNA constituent à ce jour le seul support d’obtention d’un agrément. Nous avons alors suggéré qu’un ordre de mission envers l’IGAS soit mis en place. Le Ministère s’est engagé auprès de nous à faire cette démarche, ce qui aboutirait à des contrôles qui auront certainement lieu lors de la rentrée 2017.
L’IGAS peut être missionnée d’urgence lorsque cela est nécessaire, mais l’application d’un texte ou d’une loi ne rentre pas dans cet état d’urgence, d’où le long délai entre l’application du texte et la vérification.

S’il advenait qu’une école ne répondait en réalité pas aux critères d’agrément, elle se verra retiré celui-ci immédiatement et chaque étudiant sera juridiquement en droit de lui demander le remboursement intégral des frais d’études engagés.

Par ailleurs, il est possible suite à des constatations de non respect des critères d’agrément, de charger directement les ARS (Agences Régionales de Santé) d’une mission de vérification. Celle-ci peut conduire à la perte de l’agrément si le manquement est confirmé avec les mêmes conséquences. Cette demande peut émaner du Ministère ou d’un tiers.

Le Ministère nous a également informé de la mise en place d’ici 2 ou 3 ans d’une Commission de suivi ayant pour but d’avoir un certain recul sur la réforme et d’observer son fonctionnement, puis de l’améliorer le cas échéant (en terme de densité de cours, de faisabilité, etc …). Cette commission visera a vérifier que le référentiel répond bien à toutes les attentes, tant du point de vue de la qualité de formation, que du point de vue de l’étudiant qui s’y confronte.

Concernant le mode de fonctionnement de la CCNA, qui soulevait des interrogations auprès des étudiants, le Ministère nous a expliqué qu’il n’était pas possible d’y apporter des modifications. De plus, il nous a indiqué que ce n’est pas son rôle de se déplacer dans les écoles pour vérifier la véracité du dossier. La mise en place d’une obligation de faire appel à un organisme neutre afin de monter le dossier d’une école (comme c’est le cas pour certains labels par exemple) n’a donc pas été retenue. Cependant la mise en place de la nouvelle commission de suivi et de l’inspection de l’IGAS permet de confirmer ou infirmer le cas échéant le premier contrôle effectué par la CCNA.

En conclusion :
– A ce jour, une école obtient son agrément sur dossier, étudié par la CCNA et certifié conforme en tous points aux décrets
– Aucune vérification des dossiers dans les écoles n’a été faite pour l’instant
– Inspection de l’IGAS prévue dans les alentours de 2017 avec un contrôle possible des ARS en continu.

Nous remercions le ministère de nous avoir reçu rapidement et d’avoir répondu à nos questions et aux questions que les étudiants nous ont transmis. 

                       Mathias MILTENBERGER                                                   Pierre-Adrien LIOT
                         Président de la FédEO                                                    Vice-président de la FédEO

Par FédEO, il y a