Evènements Nos Actus

Ce Week-end, c’était le Congrès HOPE !

Ce week-end, la FédEO a répondu présent à l’invitation de l’Organisation du congrès Hope à l’université Claude Bernard Lyon 1, où nous étions nombreux à nous rassembler.

16832360_10212084143649153_2933839574250708246_nCet évènement est  le premier d’une grande ligne de rassemblement inter-filières dans le monde de la santé. La FédEO a eu l’honneur de représenter l’ostéopathie et de pouvoir expliquer, informer et débattre de notre profession au sein du monde de la santé.

16683810_1688999024731291_5223341748511479702_n17029012_10212093483202636_2103459222_n

 

 

 

 

 

En effet, nous sommes venus de toute la France pour nous rencontrer, pour débattre et apprendre ensemble.
Les questions ont été nombreuses, mais un seul constat ressort de nos échanges avec les kinésithérapeutes, médecins, ergothérapeutes, psychomotriciens, infirmiers, orthophonistes et psychologues: nous devons tous travailler ensemble et nous le ferons dans le respect de l’autre et en partenariat pour le soin optimal du patient.

16819149_1689051828059344_4713859328016236348_o

Ces trois jours de congrès se sont déroulés autour de deux thèmes, le handicap et l’interdisciplinarité.

Au centre des débats le patient, les associations de patients et les familles. La démarche est novatrice car cette fois ce sont les patients experts, les pairs émulateurs* et les associations qui ont eu pleinement la parole. Ils nous ont fait part de leur expérience afin de parfaire nos connaissances.

Mais surtout ils nous ont rappelé que l’objectif thérapeutique doit être holistique et cohérent avec les attentes des patients, surtout en situation de handicap. La médecine évolue et passe du modèle paternaliste à un modèle où le patient est  acteur de sa propre santé.

Aujourd’hui nous comprenons l’ampleur du mot interdisciplinarité. Il ne s’agit plus d’additionner nos pratiques mais de les mettre en synergie.

Vous l’aurez compris, les ostéopathes se sont sentis à leur place et ont été accueillis avec bienveillance dans ce nouveau monde où notre vision concorde avec celle des autres, sans langue de bois et sans arrières pensées.

Parce-que l’interdisciplinarité naît des désaccords et des compromis et parce-que nous avons aussi des solutions à proposer, puisque finalement nous marchons tous vers le même objectif.

Nous avons vécu une belle aventure et un espoir pour l’avenir s’est déssiné.

Nous remercions aussi l’Orga du congrès HOPE pour avoir su réunir FédEO, ANEMF, FNEK, ANEP, ANEPF, ANESF, ANESTAPS, FENEPSY, FNEO, FNEA, FNESI, UNAEE et UNECD atour de la table.

16997691_1689411334690060_580411692972918233_n

Et pour nous avoir permis de rencontrer les patients et les experts qui nous ont appris tant de choses, tant sur eux que sur nous.

17015122_10212093481402591_473385739_o

Le Bureau de la FédEO

*les pairs émulateurs sont des personnes en situation de handicap qui viennent aider un patient nouvellement atteint de ce handicap à mieux appréhender la situation.

Par FédEO, il y a
Nos Actus Tutorat

Partage de mémoire : la dynamique est lancée !

La FédEO s’organise autour des projets de nos membres.

Depuis quelques mois, nous nous sommes donné un objectif à atteindre pour nos étudiants: le partage des mémoires entre les écoles.

En effet, cette situation absurde et improductive n’est plus tolérable aujourd’hui. Les étudiants de France se sont fédérés pour dépasser les rivalités et les dogmatismes encore trop nombreux dans notre profession.

L’ère est à l’unité et nous tenions à faire entendre notre voix. Nous avions raison de nous raccrocher à cet idéal, car aujourd’hui une dynamique se lance en France.

Nous sommes heureux d’annoncer que la FédEO fait le pont entre les bibliothèques de trois Institut de Formation:

IFO-Grand Avignon, IDHEO Nantes et IO-Rennes

Nous avons permis le ramassage de plus de 600 Mémoires de fin d’études!

Nous organisons la redistribution de ces mémoires directement dans les bibliothèques des écoles membres, et ce, grâce à nos étudiants sur place :

-Mariette Veillard

-Pierrick Martinez

-Pierre-Adrien Liot

IOR

mémoireIDHEO1IFOGA1

D’autres écoles viennent se rattacher au fur et à mesure, elles feront l’objet d’informations complémentaires.

Ce projet n’aurait jamais vu le jour sans la participation active et l’autorisation des écoles précurseurs, ni sans les bons conseils de l’académie d’ostéopathie (AO).AO

De même, les ostéopathes partageurs (OP) ont été d’une grande aide, puisqu’ils nous permettent d’héberger notre base de données et nous aident dans la réalisation du projet. Nous envisageons avec eux un partenariat durable !

OP

 

Si le corps humain est une unité, pourquoi l’ostéopathie n’en serait-elle pas une ?

Nous sommes prêts à partager avec toutes les écoles de France, si ces dernières sont prêtes à investir dans la collectivité en partageant à leur tour. Désormais nous sommes heureux de dire à nos détracteurs que,

« Oui, s’investir pour les autres est rentable »

et « Oui, le bon sens est l’essence des projets qui fonctionnent »

Que vous soyez étudiant, professeur, professionnel, membre d’une administration … : vous pouvez changer les choses !

fedeollogofb

Le conseil d’administration de la FédEO

Par FédEO, il y a
Evènements Nos Actus

Fin du Congrès de Posturologie Internationale !

Le 24ème Congrès de l’Association Posturologie Internationale vient de prendre fin ce dimanche 29 janvier 2017 à Paris Descartes et laisse place à l’organisation du prochain Congrès à Madrid. La FédEO est fière d’avoir rassemblé une soixantaine d’étudiants en provenance de 5 écoles différentes pour cet événement !

16442881_10211821528083928_1804934025_o16442931_10211821532284033_1377046869_o

Ce fut l’occasion pour tous d’apprendre, de comprendre et de réfléchir avec de brillants chercheurs autour de la posture, de la douleur chronique et neuropathique.

apiii

 

Désormais les liens entre la FédEO et API sont plus solides que jamais et nous sommes heureux de pouvoir permettre à nos membres de se rendre plus facilement vers les lieux de savoir et de connaissances.

Au programme de ce dernier week-end, 23 conférences menées par des chercheurs du monde entier, notamment Serge MARCHAND de l’université de Sherbrooke et Bernard CALVINO, professeur de neurophysiologie à l’université de Paris, Alvaro Bejarano ALBEROLA, du centre universitaire de Séville, ou encore Alfonso SALGADO de l’université de Sao Paulo.

Didier BOUHASSIRA, directeur d’unité à l’INSERM et président de la Société française d’étude et de traitement de la douleur, aura souligné lors de son intervention l’intérêt des structures de recherche pour l’ostéopathie.

La présence d’autant de professionnels différents (médecins, ostéopathes, podologues, posturologues, etc…) permet l’enrichissement personnel autour de discussions inter-professionnelles.

16409107_10211821519003701_433856569_o

Bien sûr, nous avons pu écouter avec attention la prise de parole de Pierre-Marie GAGEY et de Philippe VILLENEUVE qui nous ont expliqué les rudiments de la posture et l’importance de la régulation posturale. Un week-end riche et intéressant, une expérience à renouveler.

16299567_1365903953460247_9041619800621408800_o16252489_1364601813590461_4783616189836306400_o

 (Nous remercions la page Approche scientifique de l’ostéopathie d’avoir partagé certaines photos avec nous OSTEOPATHIE.)

Nous remercions l’API pour ce formidable travail et les étudiants en ostéopathie de France pour leur motivation et leur intérêt pour la science!

Le Bureau de la FédEO

Par FédEO, il y a
Législation et règlementation Nos Actus

Étudiants : attention à la pratique illégale de l’ostéopathie !

La FédEO tient à vous informer sur le statut d’étudiant en ostéopathie et à vous alerter des limites inhérentes à celui-ci.

La loi est claire: la pratique de l’ostéopathie en dehors du cadre de la formation est illégale.

Étudiants en ostéopathie de France, sachez que

si vous pratiquez l’ostéopathie en dehors de votre école,

vous êtes hors-la-loi

et non couverts par votre assurance,

que ce soit sur votre temps personnel ou dans le cadre d’un investissement associatif.

Pour mieux comprendre pourquoi, voici quelques extraits des textes réglementaires, nos explications et nos conseils.

D’après l’article 75 de la loi du 4 mars relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé (loi Kouchner):

« L’usage professionnel du titre d’ostéopathe est réservé aux titulaires d’un diplôme sanctionnant une formation spécifique, délivrée par un établissement de formation agréé par le ministère de la santé »

« Ces praticiens ne peuvent exercer leur profession que s’ils sont inscrits sur une liste dressée par le directeur général de l’agence régionale de santé de leur résidence professionnelle, qui enregistre leurs diplômes, certificats, titres ou autorisations. »

Donc les étudiants, qui ne jouissent pas de diplôme, ni du titre d’ostéopathe et qui par conséquent ne sont pas inscrits à l’ARS, ne peuvent pas exercer l’ostéopathie. Nous verrons plus tard que la seule possibilité de pratiquer notre discipline est dans le cadre de la formation.

Cette disposition légale est renforcée par le décret du 25 mars 2007, relatif aux actes et aux conditions d’exercice de l’ostéopathie:

« Art.4. – L’usage professionnel du titre d’ostéopathe est réservé aux titulaires d’un diplôme délivré par un établissement agréé. »

Un peu loin, nous pouvons lire que le législateur a prévu une interdiction répressible de la pratique ostéopathique pour l’ensemble des non-diplômés :

« Art.15. – Le fait pour une personne non autorisée de pratiquer les manipulations et mobilisations mentionnées à l’article 1er est passible de l’amende prévue pour les contraventions de la 5ème classe. »

Notons qu’une contravention de catégorie 5 relève du pénal et concerne un délit.

Partant de ce constat, dans quel cadre un étudiant est-il protégé dans sa pratique de l’ostéopathie ?

D’après les décrets du 12 septembre 2014 relatif à l’agrément des établissements de formation en ostéopathie (notamment l’article 2 et 10 du décret et l’article 3 et 6 de l’annexe V):

L’utilisation d’une convention de stage d’un établissement de formation agréé par le Ministère de la Santé permet à l’étudiant d’effectuer sa formation pratique clinique. Par conséquent, la formation dans un établissement agréé est la seule possibilité légale de pouvoir pratiquer l’ostéopathie sans diplôme.

En outre, ces établissements ont l’autorisation d’effectuer une formation pratique dans leurs locaux.

Nous conseillons à tout étudiant souhaitant pratiquer en dehors de son école de demander une convention de stage. Pour les révisions, il serait souhaitable de les effectuer dans les locaux de l’établissement afin de pouvoir justifier de la présence d’un ostéopathe à proximité.

Pour finir, il est important de comprendre qu’aucune assurance ne couvrira et ne peut couvrir la pratique d’un acte professionnel par un non-professionnel, peu importe le type de contrat.

Rappelons que tout acte porté sur autrui dans le cadre de l’ostéopathie est soumis à 10 ans de délai de prescription selon la Loi Kouchner du 4 mars 2002, c’est-à-dire que tout acte qui aurait des conséquences néfastes sur la santé d’une personne peut faire l’objet d’une attaque en justice jusqu’à 10 ans après les faits.

Même si cette personne s’avère être un proche, selon la gravité des dégâts, il est fort probable que son assurance lui demande de porter plainte avant d’effectuer un quelconque remboursement.

En l’état actuel de la loi, nous vous conseillons la plus grande prudence et l’observation attentive de ces faits dans votre pratique.

Votre avenir en dépend.

Nous regrettons qu’un dispositif de dérogation n’existe pas pour les étudiants de fin de cycle qui pratiquent déjà régulièrement, à l’instar d’autres professions (étudiants en médecine, dentistes, vétérinaires, etc…).

Cela permettrait de légaliser une certaine forme de pratique hors établissement avant l’obtention du diplôme, comme par exemple les remplacements et le salariat professionnel ou encore les missions humanitaires et la création de dispensaires.

Il faudra trouver une solution pour l’avenir afin de permettre d’améliorer notre niveau de pratique et de donner de l’oxygène aux projets des étudiants.

Cet article est le fruit d’un travail mené par la FédEO au sein de sa commission d’analyse juridique avec des professionnels du droit spécialisé en ostéopathie et l’aide de plusieurs représentants de différents ASP.

Sources:

liens suivant : réglementation de l’ostéopathie

Pierre-Adrien LIOT

Président de la FédEO

Par FédEO, il y a
Nos Actus

L’ostéopathie Française, un combat depuis 1962

De nos jours, différents textes de lois, décrets, arrêtés ministériels légifèrent la pratique de l’ostéopathie. Ces mesures permettent à notre génération de pouvoir user d’un titre réglementé dans une profession reconnue.

Les derniers décrets nous dotent d’un référentiel de formation uniforme sur le territoire français et de conditions de formation sous tutelle du ministère de la santé.

Pourtant il y a 15 ans, nos maîtres pratiquaient dans l’ombre.

Nous sommes les enfants d’un combat pour la pratique de notre métier, une profession indépendante et exclusive.

Il nous semble donc important de revenir sur l’histoire du statut de l’ostéopathie en France.

Nous espérons que pour certains ce sera une façon de rendre hommage, pour d’autres une manière de comprendre le contexte actuel.

Nous vous proposons une frise chronologique afin de pouvoir visualiser l’évolution :

Poster-evolution-statut-osteo (cliquez sur le lien)

Tout commence le 6 janvier 1962, lors de la parution d’un arrêté ministériel modifiant le code de santé publique: art 372:

« Ne peuvent être pratiqués que par les docteurs en médecine, conformément à l’article L.372 (1°) du code de santé publique, les actes médicaux suivants:

1° Toute mobilisation forcée des articulations et toute réduction de déplacement osseux, ainsi que toutes manipulations vertébrales, et, d’une façon générale, tous les traitements dits d’ostéopathie, de spondylothérapie (ou vertébrothérapie) et de chiropraxie […] »

La messe est dite, c’est le début d’une bataille qui durera plus de 40 ans.

Bien que la manipulation n’ait jamais été le seul outil de l’ostéopathe, c’est pourtant bien elle qui cristallisera le plus les conflits inter-professionnels. Autant auprès du grand publique qu’au sein même de notre profession.

Malgré cette disposition législative l’évolution du nombre d’ostéopathe non-médecin ne va cesser de grandir pendant près d’un vingtaine d’année, au point d’aboutir à une dichotomie dans le paysage de l’ostéopathie:

les médecins 

– les non-médecins.

Dans un premier temps cela s’explique par un scepticisme important de la part de la population médicale, voire un désintérêt pour l’ostéopathie.

En effet, nous sommes dans les années révolutionnaires du médicament, la médecine manuelle est de plus en plus délaissée par le médecin au profit d’une nouvelle méthode thérapeutique chimique très efficace. Les années 50 ont permis la découverte d’un vaccin contre la polio et les années 60 ouvrent la porte de l’anesthésie moderne, c’est l’essor de la chirurgie.

Par la suite, face à la demande grandissante du grand publique, le monopole médical réagira et tentera d’affirmer son autorité afin de s’accaparer la pratique de l’ostéopathie.

Une guerre juridique se profile.

Elle opposera les deux camps, sur le terrain de la sémantique (qu’est ce qu’une manipulation? qu’est ce qu’un acte ostéopathique?) puis sur le terrain juridique (via la pratique illégale de la médecine).

Au fil du temps les affaires s’amassent et des jurisprudences apparaissent mettant les ostéopathes non-médecins à l’abri de certains chefs d’accusation. Cependant cette situation laisse tout un pan de la profession dans une instabilité chronique vis à vis de la justice.

Ce sera en 1995 que le tribunal Correctionnel de Nancy tranchera en faveur d’un ostéopathe non-médecin (affaire n°3880/95 du 9 octobre 1995):

« Le prévenu (ostéopathe) n’effectue pas de manipulations forcées sur les vertèbres ou la colonne vertébrale, mais qu’il rentre dans une amplitude articulaire »

Ce précédent servira dans la mise en place de l’ensemble de l’argumentaire des affaires qui suivront et donnera le champ libre aux non-médecins pour la pratique de l’ostéopathie.

Au fur et à mesure, malgré les affaires, les non-médecins tenteront une sortie au grand jour.

C’est donc dans ce contexte que naitra le D.U de médecine Naturelle en 1982 à Paris XIII où des ostéopathes non-médecins enseignent, il s’en suivra du D.I.U de médecine ostéopathique à Bobigny en 1995.

Pour l’heure, l’enseignement de l’ostéopathie ne sera accessible qu’aux professionnels de santé.

Cela ne durera pas longtemps puisque les premiers collèges de formation initiales verront le jours en 1996.

Désormais l’ostéopathie sera divisée en trois partie:

– Les médecins

– Les para-médicaux

– Les exclusifs

Cette nouvelle accessibilité régit le début d’une période où l’ostéopathie jouira d’une reconnaissance de plus en plus importante vis à vis des patients grâce à son efficacité.

Cette popularité amènera à un soutien politique important, notamment celui de François Mitterrand en 1985 avec l’ouverture d’une commission dédiée à la reconnaissance de la profession.

Cependant, les différents clivages de chaque partie et le contexte de cohabitation feront de la reconnaissance un débat secondaire et stopperons les initiatives prétendantes jusqu’en 1997.

Le 28 mai 1997 signe un tournant dans les débats autour de l’ostéopathie avec la parution du rapport Lannoye au parlement européen.

Ce rapport servira de base pour motiver le législateur à se saisir de la problématique quelques années plus tard.

Une commission de l’Assemblée Nationale se forme en 1999 autour de la reconnaissance de l’exercice de l’ostéopathie, on pourra lire dans un des rapports:

« Il serait illusoire de refuser la naissance de nouvelles professions relevant du domaine de la santé […] Pour l’assemblée, ces formes alternatives ou complémentaires de la médecine devraient pouvoir être exercées à l’avenir tant par des médecins que par des praticiens de la médecine non conventionnelle correctement formés […] »

En parallèle des discutions en France, la Belgique reconnait l’ostéopathie en 1999.

Les choses bougent en Europe et feront accélérer les travaux Français.

Ce sera Bernard Kouchner, alors ministre de la santé, qui sera chargé du dossier dans le cadre de sa Loi sur les droits du patient.

Cette dernière sera proposée au législateur en 2001 et finira sa course entre l’Assemblée Nationale et le Sénat pour enfin paraître en janvier 2002 sous le nom de LOI KOUCHNER avec son célèbre art 75: reconnaissance de l’ostéopathie.

Désormais, les ostéopathes non-professionnels de santé ne pourront plus être attaqués pour exercice illégal de la médecine.

Cependant les modalités d’accès au titre, la formation et les conditions d’exercices de la profession restent encore à définir.

L’évolution se fera par de nombreux combats syndicaux menés par la profession et les étudiants afin d’aboutir aux réglementations de 2007, 2009 et 2014.

Bien qu’il reste encore de nombreuses améliorations à apporter à la réglementation en vigueur nous nous devons de faire un constat:

notre profession n’est qu’adolescente.

 

« Là ou l’allopathie est vielle de 2400 ans pour forger sa réputation et son image, l’ostéopathie n’est vieille que de 139 ans. »

 L’HERMITE

Nous rendons hommage au travail de Pierre-Luc L’HERMITE qui détaille l’ensemble de cette période dans son ouvrage sur la judiciarisation de l’ostéopathie.

Notre ostéopathie est le fruit d’une bataille menée depuis plus de quarante ans par nos syndicats et par les ostéopathes. Leur travail doit nous rappeler une des règles fondamentales que respecte un thérapeute:

L’humilité.

 Quelle histoire !

Pierre-Adrien LIOT

Yann BRICOLA 

Elodie AIRIAU 

Par FédEO, il y a
Nos Actus Tutorat

Désormais, l’ostéopathie a son Tutorat National !

Comme nous vous l’avons déjà annoncé, cela fait quelques mois qu’un Tutorat National en Ostéopathie est créé au sein de la FédEO.

Cette filiale est officiellement active depuis le vote définitif du Conseil d’Administration de la FédEO sur la charte de fonctionnement du TNO en septembre dernier. (charte-filiale-tno)

Le TNO n’a pas chômé depuis puisque qu’il s’est mis à la disposition des étudiants de Rennes, Paris et Nantes pour promulguer l’entraide inter-promotions au sein des écoles.

 

Son logo: par Erwan JAILLER

13689673_10154320645333057_656035581_n-png

C’est ainsi que l’équipe du TNO a permis la création d’associations pour les étudiants d’ISO Paris EST et d’IDHEO Nantes.

Nous sommes heureux de vous présenter les différents responsables de ces nouvelles associations:

 

15133852_10211109618886643_953747439_o

L’équipe du Tutorat Ostéopathique de Nantes sous la présidence de Mariette Veillard.

Une équipe à ISO Paris EST travaille actuellement à la réalisation d’un Tutorat grâce à Jean-Bastien RIDE et Fanny ROUSSEL. 

Le Tutorat Ostéopathique de Rennes est quant à lui présidé par Thibault CANAGUIER.

Lorsqu’un étudiant adhère au Tutorat de son école, il accède aux sujets des colles et aux corrections organisées par un Tuteur de la promotion supérieure:

 

15152509_10211109656167575_1714143730_o

Le TNO propose une base de données de 253 colles (devoirs blancs) corrigés et non corrigés couvrant le programme de première année (tel qu’il est indiqué dans les derniers décrets) ainsi qu’une aide administrative, un accompagnement dans les démarches associatives et une expérience pédagogique accessible à l’ensemble des tutorats qui souhaitent rejoindre notre réseau. En voici un petit extrait:

biocellulaire-la-membrane-plasmique.

correction-anatomie-bassin-et-hanche.

Parmi les idées d’outils pédagogiques, nous avons par l’exemple mis en place un examen blanc de pratique pour les étudiants de première année. L’objectif était de mettre les étudiants dans les mêmes conditions de stress qu’un examen peut engendrer, parfois à l’origine d’erreurs involontaires et évitables.

dsc00457

Photo issue des examens blancs du TOR

Aujourd’hui, Jordan Marion, notre vice-président et Tuteur Général, prend la relève et collabore avec notre développeur Luiz Claudio VISNADI dans le but de construire un site regroupant une banque de QCMs, dont vous pouvez juger de l’avancement sur ce lien: Tutorat National en Ostéopathie

15126252_10211109712048972_1518420969_o

 

12120041_10207764251334545_1317454259371614611_o

Nous espérons terminer l’ensemble de ces travaux pour la fin de l’année 2017 et permettre à chaque étudiant de France de pouvoir s’exercer quotidiennement sur les bases théoriques de notre profession.

Prochainement, le TNO se lancera dans un rapprochement avec les Tutorats de PACES – comme ce fut le cas avec le Tutorat de médecine de Caen l’année dernière lors de la construction de notre projet – afin de pouvoir échanger sur les méthodes pédagogiques.

Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin.

Le Bureau de la FédEO

Le Tutorat National en Ostéopathie (TNO)

Par FédEO, il y a
Nos Actus Tutorat

Et si nous partagions tous, tout simplement?

Lorsque l’on est étudiant en ostéopathie, il est une étape importante dont on doit s’affranchir avant le sésame: le Mémoire.

Ce travail est le fruit de 5 années de formation et d’une année de réflexion intensive le rendant aussi personnel qu’utile aux autres.

Ce projet est d’ailleurs souvent présenté par nos formateurs comme un engagement pour l’avenir de la profession puisque notre travail peut être repris et amélioré indéfiniment par les générations qui passent.

Pourtant, aucune mutualisation inter-collèges (inter-écoles) n’est établie.

Il nous semble important que ce barrage soit levé pour tirer l’ostéopathie vers le haut et améliorer la qualité de nos propres travaux.

Cette problématique est récurrente dans les discussions entre étudiants et lors de nos réunions, c’est pourquoi, lors de notre dernière assemblée générale nous avons décidé d’imaginer des propositions concrètes dans le compromis et le respect de chacun des partis.

Nous sommes donc allés à la rencontre de directeurs d’écoles, de responsables pédagogiques, d’associations et nous nous réjouissons de l’accueil de notre projet à première vue.

Nous sommes persuadé qu’un compromis peut être trouvé et nous invitons toutes les organisations intéressées par ce projet à nous aider à le réaliser.

A toute les écoles de France, la FédEO vous propose de devenir le relais pour que vous et vos étudiants ayez accès aux écrits des autres institutions.

La Connaissance ne se divise pas, elle se multiplie.

Le Bureau de la FédEO

 

Par FédEO, il y a
Nos Actus

Promenade sous la peau avec Jean-Claude Guimberteau.

Le 24 novembre dernier l’Académie d’Ostéopathie conviait Mr Guimberteau à Paris pour une conférence sur l’architecture intérieur.

14711407_648981348601203_8376339400895692614_o

Mr Guimberteau (chirurgien et anatomiste) a travaillé sur les tissus conjonctifs par l’observation sous endoscope sur patient vivant.

Lors de la conférence, Mr Guimberteau nous propose de plonger à l’intérieur du tissus vivant grâce à l’endoscopie. Il nous décrira étape par étape les observations et les impacts de la mobilité tissulaire sur la globalité de l’organisme. Les images qui nous sont projetées pendant ces 3 heures partent du millimètre jusqu’au micron sur des individus vivants.

Nous visualisons notre anatomie comme jamais auparavant.

A vous d’en juger:

Il est admis de manière académique que les tissus sont stratifiés et séparés par des espaces virtuels, le tissus conjonctifs ne serait qu’un tissus de comblement formant ces espaces de séparations.

Pourtant, lorsque notre guide nous montre la réalité de l’affaire avec son endoscope, une première constatation se jette sur nos yeux : Les espaces virtuelles ne sont pas visible et l’organisation conjonctive semble chaotique.

En effet, Guimberteau nous explique que, même si les modèle linéaire de la physique newtonienne nous semble plus accessible, dans nos modèle explicatif actuelle, ils ne sont pas pour autant de mise dans la réalité.

En effet, le tissus conjonctif répond à trois caractéristique observables et objectivables :

  • Une organisation fibrillaire, fractal, chaotique et imprévisible
  • Une mobilité permanente
  • Une continuité tissulaire de la peau à la membrane plasmique des cellules.

 

Ces caractéristiques font rentrer ce système dans un schéma de fonctionnement non compartimenté et voué à l’adaptation !

Tout au long de notre visite, Mr. Guimberteau nous expliquera l’importance de la relation entre la cellule et son environnement mettant en lumière ce que nous pouvons appeler Structure et Fonction.

Cette organisation tissulaire est la même, sans interruption, du derme jusqu’au cellules organiques et même jusqu’au mithocondrie via le cytosquelette.

Les cellules s’organisent et s’adaptent à l’environnement fibrillaire qui les entoure réagissant comme des « ballons d’eau » soumis à différentes contraintes.

Ce maillage est le même à tous les niveaux du corps humain ce qui amènera Mr. Guimberateau à parler de Tissus Constitutif plutôt que Conjonctif.

Prenons quelque exemples :

– Entre chaque fibres musculaire il existe un réseaux collagéniques liant les membranes plasmique de chacunes des cellules contractiles.

– Lors d’une contraction fibreuse ce réseau s’étire et harmonise le mouvement.

– Les fibres étant disposé en continu jusqu’au derme, c’est l’ensemble des tissus avoisinant qui va amortir la contrainte et la répartir.

Autre exemple,il n’y a aucune séparation entre l’intima des vaisseaux sanguins et le complexe conjonctif avoisinant.

Cette disposition permet aux vaisseaux de s’adapter à chaque mouvement des différents organes les un par rapport aux autres.

Nous sommes en présence d’un tissus qui guide la physiologie des organes, qui harmonise leur position, qui absorbe les contraintes mécaniques par répartition et enfin qui relie l’ensemble de l’organisme.

Cette dernière fonction nous est d’ailleurs montré lorsque Mr. Guimberteau nous montre ce qui se passe lorsqu’un ostéopathe mobilise un tissus:

Toute l’organisation bouge, se réorganise, s’adapte aux mouvement jusqu’aux cellules. Il en est de même lorsque l’on observe un tendon se mobiliser de plusieurs centimètres suite à une contraction musculaire.

Petit à petit le chirurgien nous explique que l’ensemble de nos tissus suivent la même organisation dans l’espace, de l’os à la peau, avec pour seul différence leur matériel de construction (calcium, GAB, etc…).

Au vue de ces travaux il apparaît évident que la biomécanique et l’anatomie vont rentrer dans un nouvel âge et que de nouveaux modèles explicatif sont à l’aube d’éclore.

Une affaire à suivre !

Merci à l’académie d’ouvrir ces conférences (ainsi que les esprits) aux étudiants en ostéopathie.

Pour d’autre information sur les évènement de l’Académie:www.academie-osteopathie.fr

Pierre-Adrien LIOT

Par FédEO, il y a
Evènements Nos Actus

L’ostéopathie à l’hôpital (des nounours) !

Depuis septembre dernier l’équipe de la FédEO a décidé d’agir pour la reconnaissance de notre filière auprès de nos futurs collègues: les étudiants en santé.

Il nous semblait important que les étudiants en ostéopathie participent à des projets, communs avec nos futurs collègues, pour ouvrir les portes de la discussion et du partage. Nous avons fait la démarche d’entrer en contact avec les associations de l’Hôpital des nounours (HDN) dans différentes villes.

L’Hôpital des Nounours, le projet, son histoire:

L’hopital des nounours est une association d’étudiants en santé permettant aux enfants de découvrir le monde de la Santé de façon ludique et pédagogique.

Le projet Teddy Bear Hospital est né en Allemagne en l’an 2000 sur initiative d’une association d’étudiants en médecine. Plus tard il s’étend dans les pays voisins et notamment en France grâce à l’IFMSA (fédération internationale des associations d’étudiants en médecine). En France, c’est l’ANEMF (association nationale des étudiants en médecines de France) qui l’organise dans l’ensemble des CHU de France.

Au fil des ans et des sessions l’HDN a toujours plus de succès, si bien qu’en 2007 les 39 facultés de médecine de France ont acceuilli près de 8 500 enfants et le projet fût soutenu officiellement par le Ministère de l’éducation nationale et l’UNICEF. En 2010 c’est le Ministère de la santé qui soutien le projet à son tour.

Le principe:

L’HDN accueille des enfants de moyenne et grande section de maternelle (4-6 ans) au sein d’un hôpital fictif et ephémère, reconstitué par les étudiants des différentes filières de santé (médecine, pharmacie, dentaire, kinésithérapie, ergothérapie, sage-femme, ostéopathie, orthophonie, orthoptie, audioprothésistes, psychomotricité, infirmiers, manipulateur radio etc…)

Aux côtés d’un brancardier qui les suit tout au long du parcours, les enfants viennent  faire soigner leurs nounours malades en passant par différents stands :

  • la salle d’attente
  • le nounoursologue (médecin du nounours)
  • le radiologue
  • l’infirmier
  • le chirurgien
  • le pharmacien
  • le dentiste
  • le rééducateur
  • l’orthophoniste
  • la sage-femme
  • l’audioprothésiste
  • l’orthoptiste

Objectifs pour les enfants :

-Découvrir le monde de la santé et acquérir les notions de base de santé publique (hygiène, découverte du corps humain, vaccination)

-Réduire l’angoisse de la blouse blanche et dédramatiser l’hôpital.

-Engager le dialogue parent-enfant autour du monde de la santé au retour de l’HDN.

Objectifs pour les étudiants :

-Se familiariser au contact avec des enfants dans le but d’acquérir des réflexes pour sa profession future.

-Travailler aux cotés d’autres étudiants en santé

Ce projet s’est concrétisé le 21 novembre à LYON où Elodie Airiau (secrétaire générale de la FédEO) et les étudiants de son école son intervenus au théâtre Astrée sur le campus de la Doua à Villeurbanne à la première session de l’Hôpital des nounours de Lyon.

Cette journée s’est couronnée d’un franc succès puisque les ostéopathes se sont fondus dans la masse et ont été particulièrement bien accueillis, que se soit par les enfants ou par leur collègues étudiants en santé.

Nous sommes heureux de savoir que prochainement ce sera Nantes et Rennes qui pourront participer à cet évenement aussi attendrissant que constructif.

Après l’invitation faite aux étudiants en ostéopathie à participer au congrès HOPE qui aura lieu les 24, 25 et 26 février 2017 à Lyon. (cf article) Voilà qui constitue deux grands pas vers l’ouverture de notre profession au monde médical et paramédical.

 

Elodie AIRIAU

Par FédEO, il y a
Evènements Nos Actus

Tarif étudiant pour le Congrès de Posturologie.

Une année sur deux le congrès de l’Association de Posturologie Internationale (API) est organisé à Paris. Cette année, il se déroulera les 28 et 29 janvier 2017.

WWW.POSTUROLOGIE-INTERNATIONNALE

Nous avons décidé de maintenir le partenariat avec cet organisme qui rassemble différents praticiens de santé du monde autour des dernières découvertes en posturologie.

Cette année, le congrès portera sur la Douleur chronique et neuropathique, voici le programme et le dossier d’inscription: api2017-def

Si vous êtes étudiant au sein de l’une de nos associations membres vous pouvez remettre votre inscription auprès de notre Président par courrier:                                                                                  Liot Pierre-Adrien

7 Rue Louis Armand, Appartement 004.

35170 Bruz

Le tarif étudiant pour les associations membres de la FédEO est de 50 euros pour la totalité du congrès (à régler par chèque à l’ordre de la FédEO).

Inscription jusqu’au 15/12/2016.

Pour plus d’informations, contactez directement le bureau national via notre rubrique contact.

Nos associations Membres:

– BDE IFOGA

– BDE ISOSTEO LYON

– BDT ISO PARIS EST

– Tutorat-  IO RENNES

– Tutorat et BDE- IDHEO

– OSD France

Pour l’heure nous vous distribuons un petit article sur la douleur et la posture: posturologie-yunsanmeas

 

Pierre-Adrien LIOT

 

Par FédEO, il y a