osteopathediplome

Ostéopathie : comment trouver la bonne école ?

« L’ostéopathie c’est en 3 ans » « Il faut faire une prépa ? » « les écoles ne sont pas au niveau ? »

Quelle est la part de vérité dans ces questions et affirmations si courantes ? Comment faire la part des choses entre les informations erronées ou obsolètes et les véritables actualités sur la formation en ostéopathie ?

La FedEO vous répond.

.

Les seuls établissements autorisés à délivrer un diplôme d’Ostéopathe D.O. sont ceux agréés par le Ministère de la Santé. Pour faire une demande d’agrément, l’école doit constituer un dossier auprès du ministère de la santé qui, une fois validé, donne un agrément pour une durée de 5 ans. L’ensemble des écoles agrées par les nouveaux référentiels de 2015 le sont jusqu’en 2020 où le dossier sera réévalué.

La formation en ostéopathie vient de vivre un temps fort dans la démarche de réglementation. Aujourd’hui le cursus s’effectue en 5 ans et un enseignement clinique approprié est devenu obligatoire.

Le nombre d’établissements aptes à délivrer un diplôme a diminué depuis la parution des décrets en 2015, mais il serait inexact de dire que la formation est désormais totalement uniformisée sur le terrain et qu’elle est dispensée dans toutes ces écoles de façon optimale.

En effet, même si les exigences demandées par le décret sont de haut niveau, seul un ensemble de pièces administratives permet à l’heure actuelle à une école d’obtenir un agrément. Les contrôles seront effectués à postériori et n’ont toujours pas débuté. Il est donc impossible d’affirmer qu’une école respecte l’ensemble des critères de formation uniquement avec l’obtention de l’agrément ministériel.

Lorsque les contrôles seront mis en place, un établissement pourra perdre son agrément et ne plus pouvoir délivrer de diplôme à ses étudiants, même si ces-derniers sont encore en cours de formation.

.

Bien choisir son école est primordial. La formation est privée et onéreuse (environ > 8000€ par an) et le niveau d’exigence attendu au diplôme est trop important pour se satisfaire d’une formation qui ne vous correspond pas. N’oubliez pas que dès la sortie de l’école vous serez Ostéopathe D.O. et professionnel libéral dans un secteur en pleine explosion démographique.

Votre formation et la pratique qui en découle seront les principaux outils de votre réussite.

La FedEO (Fédération Nationale des Étudiants en Ostéopathie) met à votre disposition un

guide du futur étudiant ostéopathe (cliquez sur le lien)

Nous espérons qu’il pourra vous guider sur les critères pour trouver votre école et vous informer sur la profession, la formation et les débouchés.

A ce jour, 10 écoles proposent une formation en alternance pour les professionnels et la liste des écoles de formation initiale agréées se compose de 25 établissements, ci-dessous répertoriés.
Seules ces écoles sont habilitées à délivrer un diplôme.

 

carte de frane actualisée

Liste des 25 établissements proposant une formation initiale.

Liste des 10 établissements proposant une formation continue.

 

CONTACT :

Si vous avez besoin d’informations complémentaires, vous pouvez nous joindre :

 

Mariette Veillard

url

Des étudiants québécois attaqués en justice!

Il y a quelques semaines, trois étudiants en ostéopathie du Collège d’Etudes Ostéopathiques (CEO) de Montréal ont été accusés de pratique illégale de la médecine.
Le collège des médecins accuse 3 étudiants du CEO de pratique illégale de la médecine suite à la visite d’un faux patient à la clinique de l’école. Il semble qu’aucun acte médical n’ait été fait mais uniquement de l’ostéopathie.
Cependant l’ostéopathie n’étant pas réglementée, tout traitement ou proposition d’un traitement est réservé au médecin au Québec. Le collège des médecins soulève 33 chefs d’accusations pour les trois étudiants, deux superviseurs et le CEO, l’un de ces étudiants est accusé pour plus de 8 chefs d’accusations et 82 500 euros d’amende.
Dès l’annonce de ces informations, la FédEO a contacté les représentants étudiants de Québec, grâce à nos liens avec l’Association des Étudiants du CEO, pour comprendre la situation et leur donner la parole. Nous avons fait la connaissance de Meghan (Présidente de l’AECEO) et de Simon (Co-Président) lors de nos discussions depuis la semaine dernière.
 « L’atmosphère au CEO, suite aux accusations, est assez palpable. Beaucoup d’étudiants se sentent en insécurité par rapport à leurs pratiques. La peur d’une nouvelle taupe à la clinique est présente. Les trois étudiants concernés vont relativement bien. L’école les supporte énormément avec des avocats renommés et si des amendes sont exigées, ce ne sera pas eux qui payeront. Ce ne sont pas les étudiants qui ont été visés mais notre école, avec pour objectif de porter atteinte au développement de l’ostéopathie au Québec. » nous avoue Simon.
 « Malgré tout, le moral des étudiants est bons et que nous continuons de pratiquer l’ostéopathie sans restriction et avec plaisir. » Simon.
Ce dernier s’étonne de la proportion que prend la situation car:
« Il y a déjà eu des milliers de traitements au sein de la clinique et aucune plainte, jamais! Tout ceci est une première »
En plus du Collège des médecins, d’autres professionnels se sont mêlés aux problèmes:
« Effectivement, le collège des médecins a fait une demande d’injonction pour fermer la clinique externe de l’école. Les chiropracteurs ont fait, de leur côté, un simple rappel sur le fait que toute les techniques articulaires leur sont réservées. » Simon
« Depuis peu, un ordre professionnel est sur le point d’être créé en ostéopathie. Il semble que le gouvernement ai reconnu la nécessité de créer une réglementation sur la pratique de l’ostéopathie au Québec mais cela n’avance pas assez vite. Sans parler des futures discussions sur ce que pourra ou non faire un ostéopathe comme actes. » Nous explique Meghan.
En effet, malgré qu’il n’y ai aucune reconnaissance de la profession d’ostéopathe au Québec, le CEO met en place des standards de formation les plus élevés possible (6ans d’études, une clinique étudiante etc…) afin d’avoir la meilleure éducation qui soit et le syndicat principale « ostéopathie Québec » promeut une exemplarité des ostéopathes afin de militer pour une réglementation prochaine.
L’AECEO (Association des Etudiants du CEO) et le CEO travaillent ensemble pour cette réglementation et pour protéger leurs étudiants.
« L’AECEO suit le collège dans les démarches et s’assure de communiquer les dernières nouvelles et démarches aux étudiants de l’école. L’association n’a que très peu d’options, toutefois elle offre tout son soutien face à la situation. »Meghan
La situation au Québec n’est pas sans rappeler la notre avant 2002 et l’arrivée de notre réglementation. C’est pour cela que la FédEO soutient les étudiants du Québec dans leurs efforts pour faire avancer leur réglementation.
Les étudiants sont le cœur et l’avenir d’une profession, aujourd’hui nous le voyons bien puisque ce sont eux les cibles prioritaires des attaques.
Nous espérons que l’ostéopathie de nos confrères et amis du Québec saura traverser cette période et aboutira à une réglementation, seule possibilité d’acquérir la sécurité juridique.

Le Bureau de la FédEO

banniere-congreshope

Ce Week-end, c’était le Congrès HOPE !

Ce week-end, la FédEO a répondu présent à l’invitation de l’Organisation du congrès Hope à l’université Claude Bernard Lyon 1, où nous étions nombreux à nous rassembler.

16832360_10212084143649153_2933839574250708246_nCet évènement est  le premier d’une grande ligne de rassemblement inter-filières dans le monde de la santé. La FédEO a eu l’honneur de représenter l’ostéopathie et de pouvoir expliquer, informer et débattre de notre profession au sein du monde de la santé.

16683810_1688999024731291_5223341748511479702_n17029012_10212093483202636_2103459222_n

 

 

 

 

 

En effet, nous sommes venus de toute la France pour nous rencontrer, pour débattre et apprendre ensemble.
Les questions ont été nombreuses, mais un seul constat ressort de nos échanges avec les kinésithérapeutes, médecins, ergothérapeutes, psychomotriciens, infirmiers, orthophonistes et psychologues: nous devons tous travailler ensemble et nous le ferons dans le respect de l’autre et en partenariat pour le soin optimal du patient.

16819149_1689051828059344_4713859328016236348_o

Ces trois jours de congrès se sont déroulés autour de deux thèmes, le handicap et l’interdisciplinarité.

Au centre des débats le patient, les associations de patients et les familles. La démarche est novatrice car cette fois ce sont les patients experts, les pairs émulateurs* et les associations qui ont eu pleinement la parole. Ils nous ont fait part de leur expérience afin de parfaire nos connaissances.

Mais surtout ils nous ont rappelé que l’objectif thérapeutique doit être holistique et cohérent avec les attentes des patients, surtout en situation de handicap. La médecine évolue et passe du modèle paternaliste à un modèle où le patient est  acteur de sa propre santé.

Aujourd’hui nous comprenons l’ampleur du mot interdisciplinarité. Il ne s’agit plus d’additionner nos pratiques mais de les mettre en synergie.

Vous l’aurez compris, les ostéopathes se sont sentis à leur place et ont été accueillis avec bienveillance dans ce nouveau monde où notre vision concorde avec celle des autres, sans langue de bois et sans arrières pensées.

Parce-que l’interdisciplinarité naît des désaccords et des compromis et parce-que nous avons aussi des solutions à proposer, puisque finalement nous marchons tous vers le même objectif.

Nous avons vécu une belle aventure et un espoir pour l’avenir s’est déssiné.

Nous remercions aussi l’Orga du congrès HOPE pour avoir su réunir FédEO, ANEMF, FNEK, ANEP, ANEPF, ANESF, ANESTAPS, FENEPSY, FNEO, FNEA, FNESI, UNAEE et UNECD atour de la table.

16997691_1689411334690060_580411692972918233_n

Et pour nous avoir permis de rencontrer les patients et les experts qui nous ont appris tant de choses, tant sur eux que sur nous.

17015122_10212093481402591_473385739_o

Le Bureau de la FédEO

*les pairs émulateurs sont des personnes en situation de handicap qui viennent aider un patient nouvellement atteint de ce handicap à mieux appréhender la situation.