Naissance de l’ostéopathie

Naissance de l’ostéopathie

C’est aux Etats-Unis que naît l’ostéopathie, il y a maintenant plus d’un siècle. 

Une  thérapie inédite alimentant les polémiques pendant très longtemps d’importantes  entre les médecins   et ceux issus d’un courant novateur basé sur la physiologie et la biomécanique du corps humain. Le pionnier de ce nouveau courant est  Andrew Taylor STILL, médecin chirurgien pendant la guerre de sécession. Il découvre par l’observation des « bone-setters » (rebouteux de l’époque) mais également par intuition personnelle, l’importance fondamentale de certaines notions physiologiques fondamentales, délaissées par le corps médical de son époque et qui, selon lui, déterminent l’état de santé.

Selon lui, le corps humain dispose de tout ce qu’il lui faut pour se guérir et ceci se trouve dans le sang (loi de l’artère) et la bonne fonctionnalité des organes du corps. C’est ainsi que l’ostéopathie née avec une première notion, celle de lésion ostéopathique (maintenant appelée « dysfonction ostéopathique »).