Nos Actus

Une histoire avec du Still

Dans le but de trouver une cause à leurs maux et de mettre des mots à leurs souffrances, de plus en plus de personnes se tournent vers l’ostéopathie.

Bien que cette médecine manuelle soit établie autant sur des sciences rigoureuses que des arts recherchés, il ne faut cependant nier qu’elle détient une histoire qui lui est propre. Il est évident que cette pratique ne s’est pas auto-créée, elle a eu recours à de nombreux participants et à leurs mains.

Comme il a été nécessaire d’avoir l’étincelle pour que la philosophie ostéopathique puisse s’embraser à travers les mœurs ; étincelle conçue de la part d’un homme visionnaire et studieux  : Andrew Taylor Still.

 

Mais pourquoi existe-t-il tant de débats à son sujet ? Qu’est-ce qui fait que nous voyons plus en ce M. Still un grand ostéopathe qu’un simple thérapeute ?

 

En effet, le personnage de Still semble aisément coïncider avec le portrait type de l’Américain du XIXè siècle : un méthodiste ayant fréquenté les indiens, ayant aimé les découvertes et ayant connu les conquêtes de l’Ouest.

Toutefois, la personne de Still réservait en elle quelques particularités que la Nature lui avait léguées lorsque celui-ci naquit en 1828. Penseur d’une grande impertinence, travailleur doué d’une belle curiosité, plaisantin convaincant et pragmatique résolu.

Ses attraits – ajoutez à cela une éducation basée sur la pensée méthodiste – lui ont permis depuis son enfance d’arpenter « le grand livre de la Nature » et d’accompagner son père (médecin et prêcheur) dans ses expéditions médicales.

Ainsi, ces expériences riches seront les prémices de son avenir éloquent ; elles lui donneront l’intérêt de la compréhension du vivant et l’envie de venir en aide aux plus nécessiteux.

En 1848, il décida alors d’entreprendre des études de médecine, comme son père. Mais après deux années, il arrêta son cursus, déçu par la médiocrité dangereuse du Savoir médical et de « l’enseignement donné sur le tas ».

Malgré ce non-aboutissement universitaire, il ne put s’empêcher de continuer à approfondir ses recherches et à vouloir le bien en étant à l’écoute, compatissant à l’égard des malades, et en venant à leur aide et en cherchant le « pourquoi » des souffrances.

En dépit de ses connaissances limitées, il tentait d’agir en « médecin » avec tout le monde : il restait proche de l’enseignement thérapeutique tout en gardant une pensée libre et ressentant une empathie pour les minorités estropiées (Indiens, Noirs, …) .

Or, ses limites dans le savoir allaient prendre fin en l’année 1864, qui juste après la guerre de Sécession (guerre ayant opposé les États du Sud pro-esclavagistes contre les États du Nord anti-esclavagistes, dont la victoire alla pour les Nordistes), eut connu une terrible épidémie de méningite qui emporta des milliers de personnes, dont trois des enfants de Still.

Au lieu de l’affaiblir, cette éprouvante tragédie aura au contraire animé une volonté indéfectible dans ses multiples travaux anatomiques (des dissections qu’il faisait sur les cadavres de la guerre de Sécession) et en menant une pratique bénéfique sur ses patients.

Sans repos, il apprit, élargit ses connaissances et travailla sur une nouvelle philosophie de soins, qui n’aurait recours aux concepts vulgaires de la médecine orthodoxe.

 

Et cette philosophie devint une révélation, le 22 juin 1874 à 10 heures précises, Still avait 46 ans.

 

Dans sa 46e année, Still décida de baptiser la nouvelle méthode « osteopathy » et « de jeter une bonne fois pour toutes les médicaments aux chiens ». C’est ainsi que naquit notre pratique:

 

« Vous vous demandez ce qu’est l’ostéopathie ; vous regardez dans le dictionnaire médical et trouvez : « maladie des os. » C’est une grave erreur. « Ostéopathie » est composé de deux mots : osteon signifiant ‘os’, et pathos, pathein, ‘souffrir’. Elle  présume que l’os osteon est le point de départ à partir duquel  j’ai établi la cause de conditions pathologiques, puis j’ai combiné ostéo avec pathie d’où a résulté ostéopathie. » A.T.STILL

 

De cette date jusqu’aux années 1890, tout s’enchaîna : l’établissement des trois principes ostéopathiques (lien entre structure et fonction, l’unité du corps et l’autoguérison), ses premiers résultats positifs sur des malades (notamment des cas de dysenterie), la fondation de la première école d’ostéopathie à Kirksville, les rencontres avec ses successeurs (Littlejohn, Sutherland,…) etc…

Still, qui était devenu « DO » (autrement dit « docteur en ostéopathie », en opposition à « MD », soit « docteur médical ») mettra tout en œuvre pour que l’ostéopathie détienne un nom, malgré le fait qu’il sera violemment critiqué et ignoré.

Dans ce désir de promouvoir ses idées, ses contemporains pensaient ajouter à la pensée ostéopathique des concepts innovateurs et scientifiques, ce qui suscita en Still un mécontentement tel qu’il refusait d’abandonner son entreprise.

Mais affaibli par la vieillesse et la typhoïde, il dut se résigner à prendre sa retraite, se retirant dans l’occasion à Kirksville. Des années 1890 aux années 1900, il rédigera ses mémoires et ses découvertes dans de volumineux livres.

Après tant d’efforts, il s’éteindra en 1917, à l’âge de 89 ans.

En résumé, il est important de comprendre que Still a fait preuve d’une persévérance et d’une énergie hors du commun. Son intérêt pour l’anatomie, la mécanique de la Vie, son obsession de vouloir soulager les malades et les nombreuses difficultés rencontrées ont fait de lui un personnage remarquable, intéressant et incontournable dans l’univers de l’ostéopathie.

Bien qu’infime personnage de l’Histoire, nous ne pouvons ignorer Still dans nos débats, aussi bien valorisant que contradictoire.

 

« Enseigner les principes tels que je les comprends et non pas des règles » (Still, 1999, 18)

 

Bibliographie : Lionnelle et Marielle Issartel « L’ostéopathie exactement » et « Autobiographie » de Still

HUBERTY William

Par FédEO, il y a
Nos Actus

La fédE ‘O’ cœur de vos projets!

L’un des principes fondateurs de la FédEO est de soutenir les projets des étudiants!

Pour cela, la formation de groupes de travail ou de commissions autour de thématiques est possible.

Vous voulez vous investir dans l’une des missions de la FédEO ou encore participer aux débats au sein de l’association. Vous aimeriez que la FédEO fasse une présentation dans votre école, contactez-nous !

Mathias Miltenberger (Président): 06.40.23.80.27 

Pierre-Adrien LIOT (Vice-Président): 06 76 54 62 50

Ou envoyez nous un mail sur notre secrétariat: secretariatgeneral.fedeo@gmail.com

Le 26/09/2015 le conseil d’administration de la FédEO a voté le projet de l’année à venir:  Projet FédEO , ce projet est notre ligne directrice dans laquelle vous pouvez vous intégrez.

Faites-nous part de vos idées, enrichissez nos projets, ensemble trouvons une finalité à vos initiatives.

 

 

 

Vous avez une voix

 

 

Par FédEO, il y a
Evènements Nos Actus

Assemblée Générale Ordinaire de la FédEO

La FédEO (Fédération Nationale des Etudiants en Ostéopathie) organise son Assemblée Générale le 26 septembre 2015 à 14 heures .

Ce rassemblement est ouvert au public vous êtes donc tous conviés à venir.

Nous organisons chaque année cette assemblée dans une école différente, cette année elle aura lieu à l’Institut Supérieur d’Ostéopathie Paris EST (ISO-Paris EST), 12 Rue de la Maison Rouge – 77185 Lognes.

Au cours de cette réunion, l’ancien bureau de la FédEO reviendra sur les événements de cette été et fera un bilan des actions menées sur l’année 2014/2015. Nous organiserons ensuite l’élection du nouveau bureau par nos membres ainsi que le projet associatif pour l’année 2015/2016.

L’Assemblée Générale Ordinaire est  l’occasion pour chaque étudiants en ostéopathie d’être informé sur l’actualité, de rencontrer d’autres étudiants, et de partager un moment agréable !

 

Se fédérer, c’est avancer!

Bureau de la FédEO

Par FédEO, il y a
Législation et règlementation Nos Actus

La liste des écoles agréées !

Chers étudiants,

La FédEO est fière de vous transmettre la liste des écoles agréées pour la rentrée 2015.

Seules les écoles PRÉSENTES dans cette liste officielle délivreront le Diplôme d’Ostéopathe.  

Liste des écoles agréées: visible sur ce lien « Liste«  source : DGOS)


Autre source officiel, le Journal Officiel, disponible sur ce lien (Sélectionnez bien la date d’aujourd’hui 09/07/2015, puis cliquer sur OK apres « Voir le JO demandé ») , à partir du point n°35, vous constaterez point par point l’agrémentation des différentes écoles :

Décision du 28/08/2015 : Andrew Taylor Still Academy (ATSA) Limonest, Agrément Provisoire

Décision du 24/09/2015: ATMAN, Nice Agrément Provisoire

Décision du 04/10/2015: Ostéobio, Cachan Agrément Provisoire

(> Qu’est-ce-que ça veut dire ? Le juge à décidé de suspendre la Non-Agrémentation de cette école et de délivré à titre provisoire à compter du 1er septembre 2015 un agrément en attente d’un nouveau jugement.

> Qu’est-ce-que ça implique ? Il est possible que cette école perde à nouveau son agrément suite au prochain jugement, ou qu’elle en obtienne un pour 5 ans.

> Quand le jugement sera-t-il rendu ? Nous ne pouvons pas encore savoir quand celui-ci sera rendu mais nous vous informerons dès que ce sera le cas.)
Publication au Journal Officiel le 29/08/2015 alinéa 29 : https://www.journal-officiel.gouv.fr/frameset.html
http://www.legifrance.gouv.fr/eli/decision/2015/8/28/AFSH1520635S/jo

 

-Collège ostéopathique Sutherland de Strasbourg

-ITO – Bordeaux

-Institut d’ostéopathie de Rennes (IOR)

-Institut de Formation Supérieure en Ostéopathie (IFSO) de Rennes

-Fondation EFOM Boris Dolto – Institut de Formation Supérieure en Ostépathie

-lnstitut Supérieur d’ostéopathie Paris –CETOHM-FI (ISOP)

-Collège Ostéopathique Européen (COE)

-Ecole Supérieure d’Ostéopathie (ESOSUPOSTEO)

-Ecole d’ostéopathie de Paris (EO Paris)

-Conservatoire Supérieur d’Ostéopathie Paris (CSO)

-Centre Européen d’Enseignement supérieur de l’ostéopathie (CEESO Paris)

-Institut Dauphine d’Ostéopathie (IDO)

-Institut Supérieur d’Ostéopathie du Grand Montpellier (ISOGM – IFBO)

-Institut Supérieur d’ostéopathie (InSO Lille)

-Institut de Formation en Ostéopathie du Grand Avignon (IFO-GA)

-Institut d’ostéopathie des professionnels (IOPS EUROSTEO)

-Collège Ostéopathique de Provence Aix-Marseille

-Institut des Hautes Etudes Ostéopathiques IDHEO Nantes

-Institut Toulousain d’Ostéopathie (ITO)

-Conservatoire Supérieur Ostéopathique Toulouse (CSO-Toulouse)

-Centre International d’Ostéopathie (CIDO)

-Centre Européen d’Enseignement supérieur de l’ostéopathie Lyon (CEESO Lyon)

-Institut Supérieur d’Ostéopathie Lyon (ISOSTEO Lyon)

De la même manière, les écoles non présentes dans cette liste ne délivreront PAS de Diplôme d’Ostéopathe.

Désormais nous rentrons dans une période de réorientation pour certains étudiants dans une école d’Ostéopathie agréée. C’est pourquoi la FédEO est à votre disposition pour vous renseigner, vous conseiller et vous accompagner.

Pour commencer, la FédEO met à votre disposition un guide de l’étudiant qui récapitule les points clefs des différents décrets de cette année: « Guide de l’étudiant »

 

Pour finir, si vous avez besoin d’informations complémentaires, vous pouvez nous joindre directement par téléphone:

Léa Bernelin : 06 80 54 37 96   /   Mathias Miltenberger : 06 40 23 80 27   /   Pierre-Adrien Liot : 06 76 54 62 50

Ainsi que sur notre adresse mail: secretariatgeneral.fedeo@gmail.com

Un Forum a aussi été créé pour que vous puissiez partager, comparer et vérifier vos informations: http://fedeo.clicforum.com/index.php

 

Les étudiants en Ostéopathie sont le cœur de la FédEO. 

 

 

 

 

Par FédEO, il y a
Législation et règlementation Nos Actus

Rappel à la Loi

Depuis la publication des décrets au Journal Officiel de la République, puis plus tard de la liste des écoles agréées par le ministère de la santé, la FédEO s’est lancée dans une campagne d’information, de soutien, de conseil et d’accompagnement des étudiants.

En vue des informations que l’on nous a rapportés et que nous avons eu l’occasion de visionner sur internet ces derniers jours, il nous paraît important de faire un « Rappel à la Loi » à l’ensemble des publics concernés.

Premièrement, d’après la Constitution de la Vème République, « un décret peut modifier directement les dispositions de forme législative par les nouvelles dispositions réglementaires ».

Le décret concernant les critères d’agrément d’une école est signé par Manuel Valls, Marisol Touraine et Najad Valaud Belckacem. Ce décret est donc une manoeuvre gouvernementale, ce qui en fait un texte d’autant plus légitime.

Pour ce qui est de la rentrée en vigueur des décrets; celle-ci est datée du 13 septembre 2014, lendemain de la publication au Journal Officiel comme convenu dans ce même décret à la première page.


Toutes les écoles perdent leurs agréments au 31 août 2015


De nombreuses questions portent sur la validité des agréments obtenus par les écoles en 2012 pour une durée de 4 ans et dont le terme est fin 2016. Cette information est corrigée par le décret de septembre 2014 à l’article 29 :

« Art. 29. – Les agréments en vigueur précédemment accordés sur le fondement de la réglementation antérieure au présent décret sont prolongés jusqu’au 31 août 2015, date à laquelle ils prennent fin. »

Cet article annonce clairement la fin de l’ensemble des agréments rendus dans les années antérieures, cela peu importe leur date d’obtention. C’est donc ce décret, par lui même, qui met fin à l’agrément accordé à l’école. Une notification du tribunal n’est pas nécessaire car une notification fait suite à une décision de justice, or le décret se suffit à lui même.

Nous rappellons que cette interprétation est confirmée dans un article publié sur le site internet du ministère de la santé: ministère de la santé

L’alinéa 2 de ce même article stipule:

« Les établissements agréés à la date de publication du présent décret ou qui effectuent une première demande d’agrément en vue de délivrer une formation à compter de la rentrée de septembre 2015 doivent adresser un nouveau dossier d’agrément conforme aux dispositions du présent décret entre le 1er janvier 2015 et le 28 février 2015. »

Donc si une école a perdu son agrément ou qu’elle n’a pas déposé de dossier de candidature avant le 28 février 2015, alors elle n’aura pas d’agrément pour l’année 2015/2016.

Cependant, une école peut redéposer un dossier en septembre 2015 pour l’année 2016/2017, elle rentre donc dans les démarches prévues pour l’obtention d’un premier agrément.

En effet, à partir du moment où une école perd son agrément, elle devient une école non-agréée, elle ne peut plus faire de demande de ré-agrément mais une demande de premier agrément.

 »Conformément aux dispositions du décret n°1043-2014 du 12 septembre 2014, tout établissement souhaitant formuler une demande d’agrément pour la rentrée 2016 doit adresser un dossier à la DGOS entre le 1er septembre et le 31 octobre 2015. »

Nous précisons que la commission qui analyse les dossiers des écoles reste inchangée pendant 5 ans. Ce seront donc les même personnes qui examineront les dossiers des écoles demandeuses en septembre 2015.


 La conservation des acquis prévus par l’article 9 du décret ne sera plus valable à partir du moment où une école n’est plus agréée


   Si une école retrouve son agrément en 2016 après avoir déposé un dossier en septembre 2015, les étudiants perdent leurs acquis durant cette dernière année, selon l’article 9:

« Art. 9: II. – Les étudiants issus d’établissements ayant perdu leur agrément conservent le bénéfice de leurs acquis de formation. »

En effet l’article 9 comporte une nuance qui ne concerne que les étudiants provenant d’une école ayant perdu son agrément. Lorsqu’une école non-agrée déposera une demande en septembre 2015, elle ne sera plus considérée comme une école ayant perdu son agrément, mais comme une école demandant son premier agrément, conformément aux dispositions prévues à l’article 29.

Les étudiants sortant d’une école ayant perdu leur agrément cette année ne pourront donc pas être diplômés en Ostéopathie. Leurs pratique ne sera donc pas déclarée comme étant de l’ostéopathie.

En d’autres termes, un professionnel sortant d’une école non-agréée s’expose à des poursuites judiciaires pour pratique illégale de la Médecine, au même titre que les ostéopathes qui pratiquaient avant 2002 (date de reconnaissance de l’ostéopathie).

 Les autres étudiants seront, quant à eux, dans une situation embarrassante car l’ensemble des années payées dans une école non-agréée sont des années perdues et non récupérables. 


 Les écoles ont l’obligation, par la loi, de transmettre les dossiers scolaires aux étudiants qui souhaitent changer d’établissement.


Toujours selon l’article 9:

« Art. 9: II. – Les étudiants issus d’établissements ayant perdu leur agrément conservent le bénéfice de leurs acquis de formation. L’établissement d’origine est tenu de remettre à l’étudiant un récapitulatif daté et signé des unités d’enseignement et de formation pratique clinique suivies ainsi que les résultats obtenus depuis l’entrée en formation. »

C’est écrit noir sur blanc, la délivrance du dossier est obligatoire, ne pas le faire est donc une disposition illégale passible de poursuites.


 Les écoles qui ne se conforment pas aux dispositions des présents décrets (ci-après annexés) s’exposent à des poursuites pénales pour escroquerie.


Pour mieux comprendre pourquoi, nous vous proposons les articles de lois relatifs à ce chef d’accusation:

« Article 313-1 Modifié par Ordonnance n°2000-916 du 19 septembre 2000 – art. 3 (V) JORF 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002 selon le Code pénal:

L’escroquerie est le fait, soit par l’usage d’un faux nom ou d’une fausse qualité, soit par l’abus d’une qualité vraie, soit par l’emploi de manoeuvres frauduleuses, de tromper une personne physique ou morale et de la déterminer ainsi, à son préjudice ou au préjudice d’un tiers, à remettre des fonds, des valeurs ou un bien quelconque, à fournir un service ou à consentir un acte opérant obligation ou décharge.

L’escroquerie est punie de cinq ans d’emprisonnement et de 375 000 euros d’amende. » 

 

Pour plus d’informations sur le décret relatif aux agréments ; décret agrément

 

Par FédEO, il y a
Nos Actus

La neurodynamique appliquée à l’ostéopathie

A l’état normal, le tissu nerveux n’est pas sensible aux stimulations mécaniques générées par les mouvements des membres et du rachis.

Si un nerf est irrité, il deviendra mécanosensible et son élongation sera source de douleur. Si un nerf est irrité par compression (sténose), il sera source de paresthésies ou dysesthésies.

A l’inverse du tissu conjonctif, l’étirement ou la compression favorisent l’ischémie du tissu nerveux. C’est pourquoi des tests cliniques et des techniques thérapeutiques spécifiques ont été élaborés. Ils nous sont présentés par Philip Moulaert, ostéopathe spécialiste de la prise en charge des atteintes des nerfs périphériques.

L’examen complet qu’il propose a pour objectif d’évaluer l’implication des systèmes musculaire, articulaire, disco-dural et neural dans les atteintes du système neuroméningé. Il prend également en compte l’implication du système biopsychosocial pour les atteintes chroniques.

Pour évaluer la composante neurale dans le cas d’une lombosciatique ou d’une cervico-brachialgie, il faut d’abord exécuter des tests de reproduction de la douleur qui permettent d’évaluer la mécanosensibilité du nerf.

Dans un deuxième temps, on évaluera la fonction même du nerf à l’aide de tests de conduction nerveuse (tests des réflexes, de la force et de la sensibilité cutanée).

Une diminution ou abolition d’un de ces paramètres est un signe de neuropathie périphérique.

Dans le cadre de la consultation ostéopathique, les atteintes neurales les plus fréquentes sont des augmentations de mécanosensibilité neurale sans atteinte de la fonction neurale (la conduction de l’influx nerveux n’est pas altérée).

Dans cette situation clinique, il n’y a pas d’atteinte pathologique du nerf lui-même : c’est le tissu conjonctif périneural qui est irrité.

Si les nerfs sont impliqués dans la douleur du patient, il faut les « provoquer ». Des tests cliniques ont été élaborés par Robert Elvey, thérapeute manuel et directeur pédagogique du département de thérapie manuelle au sein de l’University de Curtin à Perth (Australie). Ils reposent sur la neurobiomécanique, c’est à dire l’étude du mouvement du tissu neural dans le corps humain et son comportement face aux contraintes biomécaniques.

Kinésithérapeute de formation, Philip Moulaert s’est d’abord formé à la médecine orthopédique Cyriax et à la thérapie manuelle (Norvégienne) avant de suivre une formation en ostéopathie en France (1979-1984) ainsi qu’une spécialisation en neurodynamique à Perth en Australie.

Pourquoi vous êtes-vous tout particulièrement intéressé au tissu neuro-méningé ?

Dès le début de ma carrière, j’avais des interrogations sur l’examen et le traitement des douleurs irradiantes. Je comprenais mal ce problème. À cette époque, la thérapie manuelle proposait des solutions au niveau articulaire, mais rien pour les indications d’origine nerveuse. J’ai alors découvert les articles de Robert Elvey, qui avait mis en place, dès la fin des années 70, une approche thérapeutique du tissu neuroméningé.

Il a inventé un examen clinique spécifique des nerfs périphériques pour la prise en charge des cervico-brachialgies, lombosciatiques et cruralgies.

Quelles sont les spécificités de ces tests élaborés par Robert Elvey ?

Le test de Slump élaboré par Maitland et utilisé dans le bilan des lombosciatalgies sert à analyser la relation entre la dure-mère, les nerfs périphériques et le disque intervertébral.

Robert Elvey a mis en place le premier arbre décisionnel permettant de déterminer si la cause d’une douleur irradiant dans le quadrant supérieur ou inférieur est plutôt d’origine nerveuse, musculaire ou articulaire. Il s’est appuyé sur la neuro-biomécanique et a jeté les bases d’un traitement des dysfonctions nerveuses fondées sur une approche physiologique, contrairement aux approches mécaniques très répandues à l’époque (basée sur les étirements des nerfs par le biais du mouvement des membres).

Comment cette approche intègre-t-elle les fascias des nerfs, souvent manipulés par les ostéopathes ?

Les traitements concernant les fascias des nerfs sont basés sur l’harmonisation de la densité des tissus alentour. Il s’agit la plupart du temps de stimulation mécanique d’étirement, qui correspond à un autre paradigme : le traitement du tissu conjonctif.

D’autre part, l’approche fasciale des nerfs périphériques ne propose pas de diagnostic spécifique. Lorsqu’on prend en charge une véritable atteinte du tissu neural, il est nécessaire d’identifier la cause sous-jacente, d’établir une classification de la lésion en présence pour traiter ou orienter le patient au mieux.

En neurodynamique, nous avons des techniques de revascularisation du nerf, d’ouverture foraminale ou encore de glissement du nerf dans sa gaine, de correction des mouvements ou postures neuro-irritantes, etc. Toutes respectent cette obligation de ne pas créer d’étirement sur le nerf.

Extrait de l’article « la neurodynamique appliquée à l’ostéopathie » http://www.osteomag.fr

Par FédEO, il y a
Nos Actus

Ils sont arrivés!

Il y a un mois, la FédEO organisait une commande nationale aux magazine « Ostéopathe Magazine » afin de faire bénéficier à ses membres d’une offre promotionnelle exceptionnelle.

Nous sommes heureux de voir les premières revues arriver auprès de nos membres et vous souhaitons à tous une bonne lecture !

Pourvue qu’elle soit instructive et face naître en vous des idées pour vos mémoires !  

Le bureau de la FédEO.

Par FédEO, il y a